top news

Actus

Salons de coiffure fermés, quelles mesures pour sauver les commerces ?

Lundi, 16 Mars 2020 10:17

Face aux obligations de fermetures de tous les commerces non indispensables depuis samedi soir minuit, et ce jusqu'à nouvel ordre, beaucoup de patrons s'inquiètent pour l'avenir de leur activité. Des mesures économiques et fiscales ont été annoncées par Bruno Lemaire jeudi dernier et devraient être précisées aujourd'hui. En voici les grandes lignes.

Parmi ces mesures, Bruno Lemaire a annoncé entre autres, la création d’un fonds de solidarité “réservé aux entreprises les plus modestes, les plus petites, qui sont à court de trésorerie”. Et insistant sur un point. “Je ne veux pas que le fonds permette à certains de se défausser de leur responsabilité”, a-t-il insisté, citant les banques, les assureurs et les grands donneurs d’ordre. Ces mesures devront être clairement explicitées aujourd'hui.

Pour toutes les entreprises qui ont contracté un prêt pour financer leur activité, “ Nous avons donc décidé de porter la garantie de l’Etat à travers la BPI de 70% à 90%”, a déclaré le ministre de l’Economie. “Cette garantie de l’Etat est un instrument extrêmement puissant pour que les entreprises puissent continuer à avoir des prêts à avoir de la trésorerie”, a-t-il affirmé. “Nous élargissons cette couverture de l’Etat des PME aux entreprises de taille intermédiaire”, a également souligné Bruno Le Maire.

Très attendues également, les mesures concernant le report des charges sociales et fiscales. Bruno Le Maire a confirmé que les entreprises les plus touchées pourront demander un report des charges sociales et fiscales. "Ce n’est pas à elle de le demander, c’est l’administration sociale et fiscale qui va proposer aux entreprises le report de leurs charges sociales et de leurs charges fiscales, a-t-il déclaré. Si, au bout du compte, des entreprises ne peuvent pas payer, nous ferons des dégrèvements fiscaux”, a promis Bruno Le Maire.

D'autre part, pour les salariés qui se retrouvent privés de leur activités, le ministre de l’Economie s’est engagé à améliorer la couverture du chômage partiel, qui est, selon lui, “l’un des dispositifs les plus efficaces” pour aider les entreprises en difficulté. “Nous voyons bien que rien n’est plus précieux pour une entreprise que ses employés et nous voulons absolument que les entreprises évitent les licenciements et recourent davantage à l’activité partielle”, a-t-il déclaré.

L’indemnité horaire compensatrice versée par l’Etat aux employeurs ayant recours au dispositif d’activité partielle atteint jusqu’à présent le niveau du Smic (8,03 euros net de l’heure). “Je pense qu’il faut profiter de cette crise et des difficultés économiques actuelles pour porter une amélioration radicale du dispositif de chômage partiel en France”, a-t-il ajouté, dénonçant un système “lacunaire” et “trop lent”.

Copyright © 2012 | All rights reserved • Edizioni Esav s.r.l. | P.iva 05215180018 | email:info@estetica.it | Privacy Policy login | Powered by coolshop

popup - Wisepops - script

Cookies - FR