V.I.P
Mardi, 05 Septembre 2017 13:48

Schwarzkopf Professional, ou l'art de la proximité

En poste depuis février 2016, Pierre Saliou, Président-Directeur Général France de Schwarzkopf Professional, se définit comme un homme de contact. A la tête de la division professionnelle, il place au centre de sa stratégie trois valeurs fortes, proximité, innovation et formation.


Quel regard portez-vous sur le marché français de la coiffure ?
Pierre Saliou : La coiffure est un secteur très intéressant par sa complexité et son hétérogénéité. En effet, il a y presque autant de personnalités que de clients. Cette singularité est pour nous un atout que nous devons valoriser. Notre rôle, en tant que marque, est de proposer une offre unique qui permette de répondre et de cultiver cette différence. Notre force réside dans la technicité de nos produits, et plus particulièrement, de nos lignes de coloration. Cultiver cette singularité passe avant tout par une marque différenciante, capable d'apporter des outils spécifiques qui répondent immédiatement aux attentes des coiffeurs et, par conséquent, des consommateurs.

Vous semblez, en effet, concentrer vos efforts sur le segment de la couleur, est-ce là le moyen le plus sûr de fidéliser un client ?
Pierre Saliou : Nous sommes avant tout une “Maison de couleur”. Igora, notre ligne culte, décline plus de 450 nuances, ce qui est absolument unique sur le marché ! Notre identité s'est forgée autour de cette capacité à apporter une réponse spécifique à chaque attente technique. BlondMe, par exemple, est un outil de conquête unique en son genre. Son succès commercial réside dans des produits inédits comme la Poudre PPL9+ qui permet d'éclaicir jusqu'à 9 tons. Ou encore la technologie “Plex” que nous avons intégrée dans les formulaires de la ligne, évitant ainsi aux coiffeurs un mélange supplémentaire.
Céline Antunès : Aujourd'hui, un coiffeur est confronté à une double problématique. Répondre immédiatement à une tendance émergente et offrir une solution sûre grâce à des produits sécurisants. Les consommatrices entrent dans nos salons avec des attentes très précises. Ce sont elles les prescriptrices de tendance, non plus le professionnel. Nous sommes dans une société de l'images et de la spontanéité. Nous devons être préparés techniquement pour répondre de suite à leurs envies de mode. La richesse de la palette Igora nous permet d'être en adéquation constante avec les tendances émergentes. c'est la seule ligne à posséder autant de tons froids. Lorsque le gris a été à la mode, nous avions déjà la réponse technique. Et c'est encore le cas aujourd'hui avec les tons flashy dont les premières tonalités sont sorties depuis 1 an.

Face à cette complexité de l'offre, la formation ne se révèle-t-elle pas encore plus indispensable ?
Céline Antunès : En effet, la coloration demande une maîtrise toujours plus importante. Sa complexité de réalisation est pour nous un atout important qui nous permet de nous distinguer de la GMS. La formation est alors essentielle pour bien évaluer les temps de travail et les techniques à utiliser pour obtenir le résultat souhaité. La formation permet aussi d'être en phase avec la tendance. Désormais, une cliente entre d'abord dans notre salon pour la qualité d'une couleur qu'elle a vue, et non pour un service coupe.
Pierre Saliou : En effet, plus une technique est complexe, plus elle sera génératrice de chiffre d'affaires. On sait très bien que l'espacement des visites ne va pas se résoudre de sitôt. Il faut donc faire en sorte que la fiche moyenne augmente pour compenser ce manque à gagner. La formation est là pour accompagner les coiffeurs dans leur volonté de personnaliser toujours plus leurs services. Nous avons une équipe de techniciens formateurs ainsi que de coiffeurs ambassadeurs comme Céline qui accompagnent nos clients dans leurs attentes techniques. Nous avons également une plateforme digitale avec des démos et des tutos qui permet de se perfectionner tout au long de l'année.

Le digital est-il un outil utilisé par les coiffeurs ?
Pierre Saliou : Le digital, et plus particulièrement les réseaux sociaux, sont la prérogative de la jeune génération. Encore trop peu de salons l'ont intégré dans leur communication. Notre mission est d’accompagner nos clients pour les aider à utiliser efficacement ces nouveaux moyens formidables qui leur permettront de se faire connaître et ainsi de capter de nouvelles clientes.
Céline Antunès : Facebook, et encore plus Instagram, sont la vitrine de notre salon, notre nouveau “Bouche à oreille”. Intagram est immédiat, ouvert au monde et ludique. Il permet de poster nos réalisations couleur. Lorsque je demande à une nouvelle cliente par quel biais elle a connu le salon, dans la plupart des cas, elle me répond par les réseaux sociaux. Ne négligeons pas ces outils car ils nous créent une notoriété, mais aussi une crédibilité auprès de nos fidèles clients. Notre métier repose sur la création, à nous d'en faire un vecteur de développement. Les consommatrices sont hyper connectées ! Les fashion weeks ou le Festival de Cannes sont des temps forts qui génèrent un flux de nouveautés que nous devons, nous aussi, observer et proposer.

Connaître les dernières tendances passent aussi par des événements professionnels, quels sont vos prochains grands rendez-vous ?
Pierre Saliou : Proximité, mais aussi échange et partage sont des valeurs fondamentales sur lesquelles repose notre développement. Nous lançons un Roadshow qui se déroulera en soirée sur 3 dates et lieux différents, le 26 juin à Bordeaux, le 2 octobre à Lille et le 6 novembre à Rennes. Notre objectif est de faire découvrir de nouvelles techniques qui s'inscrivent dans la tendance, tout en offrant un contexte convivial de partage. Ne perdons jamais de vu que la coiffure est un métier de liberté qui comprend autant de pragmatisme que d'émotionnel ! Un équilibre à cultiver...

BIO EXPRESS
Pierre Saliou a rejoint le groupe Henkel en 2010 en tant que Directeur Commercial des activités Beauty Care grand public en France. En 2013, il est promu Directeur Général de la branche Cosmétiques en Tunisie, un poste qu’il occupait jusqu’à sa nouvelle prise de fonction à la tête de Schwarzkopf Professional France où il est désormais en charge des activités à destination des professionnels de la coiffure.
Céline Antunès, ambassadrice Schwarzkopf Professional depuis 2007, est à la fois chef d'entreprise et artiste en salon et sur scène, avec un palmarès de publications enviable. Après une première affaire à Grenoble ouverte en 2001, elle a choisi de s'installer à Bordeaux en 2015 en ouvrant “La suite 52”.

  • Ligne OSIS+ de Schwarzkopf Professional



  • Céline Antunès



  •  

Eléments relatifs par étiquette

Copyright © 2012 | All rights reserved • Edizioni Esav s.r.l. | P.iva 05215180018 | email:info@estetica.it | Privacy Policy login | Powered by coolshop

popup - Wisepops - script

Cookies - FR