19 July 2024

Percer dans la coiffure artistique quand on est une femme

Constance Laporte fait partie de la Haute Coiffure Française depuis 4 ans. Elle nous raconte son parcours inspirant dans la coiffure artistique qui l’a naturellement conduite sur scène. Rencontre avec une artiste née. 

Constance Laporte sur la scène des Folies Bergère à Paris pour la Haute Coiffure Française, 2023, (c) François Loock

Moins de femmes que les hommes sur la scène artistique, c’est une réalité que Constance Laporte vit au quotidien. Comme elle le dit elle-même, « le sujet interpelle ». Notre coiffeuse artiste est cofondatrice de trois salons, deux dans l’hyper centre de Bordeaux @VaniaLaporte, @Eponyme_Bordeaux et un troisième en périphérie @Eponyme_Cauderan. Une casquette qu’elle combine avec ses activités au sein de la Haute Coiffure Française.

Constance, raconte-nous comment tu t’es dirigée vers la coiffure artistique.

J’ai toujours eu une sensibilité pour l’artistique. Pour moi, les cheveux sont un domaine d’expression sans limites. J’ai toujours travaillé avec des coiffeurs qui partageaient ma passion. 

Peux-tu revenir sur les rencontres qui ont marqué ta vision artistique ?

Avec ma mère, j’ai toujours entretenu cette vision du métier beaucoup plus large. Enfant, je l’accompagnais pour les mariages, sur les shootings photos… J’étais fascinée. J’ai validé mon brevet professionnel sur la côte basque aux côtés de Christophe Gaillet. Il m’a donné une autre vision du métier ! Deux autres rencontres ont été fondatrices dans mon travail. J’ai collaboré à Londres avec Guy Kremer sur les Fashion Weeks, puis avec Christophe Durant à Genève, créateur d’un concept de galerie d’art/beauté. À ce stade, je me suis concentrée sur la mode et les shootings éditoriaux. Et puis en 2020, j’ai été contactée par la Haute Coiffure Française. La création des collections a toujours été une partie très dynamique dans mes activités.

Comment expliques-tu qu’il y ait beaucoup moins de femmes que d’hommes sur la scène artistique ?

Selon moi, c’est assez complexe et les raisons sont en grande partie sociétales. De manière générale, les femmes accordent dans leur vie moins de place à leur épanouissement professionnel. Elles se mettent en retrait. Il existe bien souvent un déséquilibre dans la répartition des tâches dans un couple. C’est une question d’engagement avec son binôme de vie. Parlons, par exemple, des congés parentaux qui nous amènent à faire des choix. Il devient alors compliqué de tout mener de front. Je ne crois pas du tout au manque de confiance en soi des femmes, ni au fait que les hommes osent plus !

Et puis, la création artistique demande un espace mental considérable…

En effet, l’artistique est une activité exigeante et pointue qui requiert énormément de travail et de sacrifice. Les périodes de création correspondent chez moi à des périodes d’inconfort. Je suis beaucoup moins disponible pour mon conjoint dans la gestion de notre vie familiale.

Quel conseil donnerais-tu aux femmes qui veulent percer dans l’artistique ?

Celui de se faire confiance et de se donner les moyens. L’artistique demande beaucoup de travail et de temps pour se concentrer sur son inspiration. Ma vie a été faite de rencontres décisives, c’est pourquoi je leur conseille de toujours respecter et considérer les personnes avec lesquelles elles travaillent. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour être informé des dernières actualités du secteur.

Rechercher

12,334FansJ'aime
273,116SuiveursSuivre
7,863SuiveursSuivre
2,690SuiveursSuivre