24 April 2024

Le Cercle des femmes de la coiffure, Penser la coiffure de demain !

Rencontre avec Stéphanie Bozonnet, présidente du Cercle des femmes de la coiffure. Une association qui réunit les femmes influentes de notre profession.

Cercle des femmes de la coiffure

Stéphanie, raconte-nous. Comment est née l’idée du Cercle des femmes de la coiffure ?

Ce projet est né il y a tout juste un an. J’ai envoyé un mail à une trentaine d’amies professionnelles avec l’idée de créer un réseau de femmes puissantes de notre profession. Quinze d’entre elles ont répondu présent et sont aujourd’hui les membres fondatrices du Cercle des femmes de la coiffure !

Quels sont les objectifs de votre association ?

Nous avons une ambition très forte : penser la coiffure de demain et créer de l’attractivité pour notre métier. Aujourd’hui, les écoles ont du mal à recruter de nouveaux élèves. Les salons ont du mal à recruter des collaborateurs. Notre secteur est en pleine mutation : le metaverse, le coworking, l’hyperspécialisation des coiffeurs, la tarification non genrée, la coiffure pour cheveux bouclés.

Nous avons réuni des femmes clés de notre industrie : des coiffeuses, des journalistes, des dirigeantes, des entrepreneuses, des artistes, des étudiantes… Une communauté puissante qui s’enrichira des expériences de femmes et d’hommes pour proposer des actions concrètes à l’ensemble des acteurs de l’industrie. Mettre le rôle des femmes en avant, les faire monter en compétences et par extension, faire monter en compétences notre métier fait également partie de nos objectifs communs.

Comment organisez-vous votre réflexion ?

Nous avons listé 10 sujets sur lesquels nous devons travailler pour faire évoluer notre métier. Sur cette base, nous avons créé 10 commissions organisées autour de 4 pôles : un pôle éducation et artistique, un pôle RSE, un pôle accompagnement et un pôle événements et relations pour organiser un travail de réflexion sur le métier. C’est en apprenant aux coiffeurs à être fiers d’eux qu’on va transformer notre profession.

Pour chaque commission, nous avons nommé de jeunes femmes ultra-dynamiques couplées à des femmes plus expérimentées. À titre d’exemple, pour la commission pilotage formation, Daba Diokhané, directrice de la Dioka Academy, travaille conjointement avec Aude Livoreil-Djampou, chimiste, coiffeuse et formatrice. Deux pointures de l’éducation qui ont des visions très différentes et complémentaires. Elles sont élues pour deux ans.

Quelles sont les activités proposées ?

Nous avons mis en place un système d’événements mensuels pour faire monter en compétences nos adhérentes et créer du lien : un webinaire de bienvenue, des petits déjeuners de networking organisés simultanément à Paris et dans une ville de France. Également des masterclasses inspirantes : des femmes viendront parler de leur parcours. Nous organisons des ateliers de réflexion sur des thématiques impactantes pour notre métier : comment manager la nouvelle génération ? Définir ses tarifs ? Des ateliers artistiques seront également proposés pour s’inspirer et découvrir des tendances. Enfin, une à deux fois par an, nous voulons organiser des séminaires en France et à l’étranger.

Et financièrement, quelles sont les conditions ?

Nous sommes une association de loi 1901 à but non lucratif qui repose exclusivement sur du volontariat. Aucun membre n’est rétribué, mais nous avons besoin de fonds pour faire fonctionner notre association. La cotisation annuelle s’élève à 240 euros par adhérentes, à 150 euros pour les femmes de moins de 30 ans. Tous les ateliers et événements sont proposés avec un tarif préférentiel aux adhérentes.

Où en êtes-vous dans la construction de votre communauté ?

Aujourd’hui, nous avons 130 femmes en liste d’attente pour rentrer dans le cercle avant l’ouverture officielle qui se fera le 2 avril. Le cercle est ouvert à toutes les femmes travaillant dans l’industrie. La demande de candidature se fait sur notre application créée par une équipe 100 % féminine de l’agence l‘Atelier digital via un dossier de candidature. Il faut attendre que la commission d’adhésion, composée de femmes de la gouvernance, valide la demande avant d’entrer dans le Cercle.

.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet. L’application verra bientôt le jour !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour être informé des dernières actualités du secteur.

Rechercher

12,334FansJ'aime
273,116SuiveursSuivre
7,863SuiveursSuivre
2,690SuiveursSuivre